GALERIE DE PROJETS

MEMBRES DU RESEAU

QUESTIONS

RESSOURCES

LIENS

CONTACT

article publi-redactionnel

CRÉATION d'une Eglise



Projet conçu par In Situ Architecture à Nianing



| 5 personnes aiment ce projet
MAITRISE D’OUVRAGE
Privé

LOCALITÉ
Nianing (Sénégal )

BUDGET ET SURFACE
NC

SHON 960 m²

MDT en cours

CO-TRAITANTS
GA2D
ETECS
[Ce projet a été vu 6817 fois]
 In Situ Architecture

Contacter l'architecte de ce projet ICI

Nos artisans , disponibles dans la région et travaillant avec des architectes !

[ nos sponsors ]
«... il y avait un endroit où la route resserrée débouchait tout à coup sur un immense plateau fermé à l’horizon par des forêts déchiquetées que dépassait seule la fine pointe du clocher de Saint-Hilaire, mais si mince, si rose, qu’elle semblait seulement rayée sur le ciel par un ongle qui aurait voulu donner à ce paysage, à ce tableau rien que de nature, cette petite marque d’art, cette unique indication humaine ...» Marcel Proust, Du côté de chez Swann



Le clocher est la forme caractéristique d’une église. Mais c’est paradoxalement une forme généralement visible depuis l’extérieure de l’édifice uniquement. La plupart des clochers d’église et cathédrale sont invisible depuis l’intérieur.

Ce paradoxe tire très certainement son explication du caractère fonctionnel du clocher qui était à l’origine séparé du corps de l’édifice tel le campanile de la cathédrale Saint Marc à Venise.

Pourtant, au fil des siècles, le clocher, voire les clochers sont devenus l’expression identitaire même de l’édifice. Avec le style gothique, la recherche de la verticalité devient l’élément moteur de la genèse de l’espace intérieur. Le clocher, la flèche, l’arc, la voûte... tous les éléments structurants de l’édifice s’élancent au plus haut de leurs possibilités techniques.

Le clocher n’est plus une simple tour-signal faisant sonner les cloches dans le paysage. C’est tout l’édifice de l’église qui devient clocher, s’élançant vers le ciel selon une double dimension fonctionnelle et transcendantale.

La verticalité exprime ce lien entre la terre et le ciel, cette quête de la transcendance que par la suite le style baroque exacerbera avec magnificence. Dans l’église Saint-Yves de Sapience à Rome, Borromini fait s’envoler la lanterne de l’édifice dans un mouvement vertical en spirale, baigné par des lumières indirectes qui le rendent immatériel.

Qui n’a jamais été « saisi » de vertige par un clocher d’église ou cathédrale ? Ce sentiment de déstabilisation physique, cette « sortie de soi » qui interroge de fait et immédiatement notre être au monde dans sa dimension métaphysique et spirituelle.

Il nous semble que c’est cette question que doit actualiser la construction d’une église contemporaine.



Arcs, ogives, arcades, voûtes et coupoles : vers une histoire architecturale des édifices religieux



L’arc correspond à un assemblage de pierre, moellon, brique ou autres matériaux qui permet de franchir la plus grande portée au moyen d’une courbe. Ce procédé de construction, d’abord adopté par les Romains, fut développé au Moyen-Age jusqu’à aujourd’hui.

On classe les arcs en trois grandes catégories :

. L’arc plein cintre, formé par un demi-cercle (1) Type de l’architecture romane, il a régné presque sans concurrence jusqu’au XIIe siècle, où, mêlé pendant quelque temps à l’ogive, il finit par lui céder la place.

. L’arc en ogive ou en tiers-point, formés de deux portions de cercle qui se croisent et donnent un angle curviligne plus ou moins aigu au sommet, selon que les centres sont plus ou moins éloignés l’un de l’autre (3). Les ogives sont utilisées à partir du XIIe siècle et se développent jusqu’au XIVe siècle.

. L’arc surbaissé ou en anse de panier, formé par une demi-ellipse, le grand diamètre à la base (2). Il est principalement utilisé au XVe siècle.

Les arcs plein cintre sont quelquefois surhaussés (4) ou outre-passés, dits alors en fer à cheval (5), ou bombés lorsque le centre est au-dessous de la naissance (6).

Le développement des arcs et leur combinaison en voûtes et coupoles a donné naissance aux quatre principaux styles d’églises occidentales : les églises romanes, gothiques, de la Renaissance et du Baroque.



Ressources et matériaux locaux



Historiquement, la construction des édifices religieux a toujours été le fruit d’un travail local et communautaire. Aussi il nous semble que la réalisation d’un tel projet devra favoriser l’emploi d’une main d’œuvre locale d’autant que celle-ci est une véritable ressource du Sénégal et elle représente par ailleurs un faible coût.

A contrario, l’utilisation de matériaux importés augmente les coûts et appauvrit le développement local.

Il nous semble que le projet devra favoriser l’utilisation de matériaux produits localement tels que les briques de ciment, les carreaux de terre cuite, etc.



Particularisme géographique de Nianing



Nianing se situe sur la « Petite-Côte » du Sénégal également appelée la « côte de coquillages » qui commence à Rufisque et se termine à Joal-Fadiouth.

Sa particularité tient aux coquillages qui recouvrent les plages en abondance. Ces coquillages cassés ont un calibre différent sur chaque plage. A Joal-Fadiouth le cimetière est entièrement couvert de coquillages.



Une approche naturaliste



S’inspirer des formes de la nature est un thème récurrent de l’architecture.



Après les performances technologiques du XIXe siècle, l’ingénierie du XXe siècle est marquée par l’essor des études sur les structures d’organismes biologiques tels que les coquillages, les radiolaires et les végétaux. Ces recherches sont regroupées sous le nom de « morphologie structurale ».

La morphologie structurale étudie la relation forme-structure dans les systèmes naturels animés ou inanimés pour en comprendre les principes et en tirer d’éventuels bénéfices.



Orientation et conception bioclimatique



Traditionnellement le plan d’une église s’oriente vers l’est. Le levé du soleil et l’émergence de la lumière symbolisant la vie et la naissance du Christ.

La configuration de la parcelle, le programme et les contraintes climatiques nous amènent à proposer une orientation du plan selon un axe sud-est

En effet, d’avril à novembre, la côte est balayée par un vent sec et chaud, l’harmattan, rempli de poussières du désert soufflant nord-est. Le reste du temps, des alizés nord-ouest venus de l’océan rafraîchissent la température de l’air.

Afin de profiter de ces alizés et se protéger de l’harmattan, le plan s’est ouvert au nord-ouest et fermé au nord-est, confortant ainsi l’axe sud-est de l’édifice.











image_projet_mini_32475



BIOCLIM.jpg



Pers sol finale impression.jpg



intérieur-impression.jpg



Parlez de votre projet
à nos architectes

       
Contacter l'Architecte:
* tous les champs sont obligatoires




* LES SERVICES D'ENVOI D'ADRESSE ET D'APPEL D'OFFRE SE COMPRENNENT GRATUITEMENT ET SANS AUCUN ENGAGEMENT

De même, l'architecte est libre de vous répondre ou non


CONFIDENTIALITE : vos messages, coordonnées, adresses e-mail sont uniquement à destination du réseau ARCHITECTES-FRANCE et ne sont pas cédés à des tiers autres
que l'architecte concerné.

>>> VOTRE ADRESSE E-MAIL ET VOS NUMEROS DE TELEPHONE pourront éventuellement faire l'objet d'une prise de contact dans le cadre d'une enquète de satisfaction concernant notre réseau uniquement et vos relations avec l'architecte MAIS EN AUCUN CAS POUR UNE DEMARCHE PUBLICITAIRE OU UNE CESSION DANS UN ANNUAIRE TIERS

Sur la page d'appel d'offre, le champ coordonnées n'est jamais publié, seul apparait le
descriptif de votre projet. ces coordonnées ne seront cédées qu'à des membres de notre réseau

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à permettre leur consultation par les professionnels membres du réseau Architectes-France.com . Les destinataires des données sont : Les membres du site Architectes-France.com.
Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à
Heurisko Architectes-France.com
23 Avenue du Mirail
Parc Le Mirail
33370 Artigues-Près-Bordeaux
Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.